Complémentarité

Une synergie pour une prise en charge non médicamenteuse

Le premier constat que nous faisons en observant notre environnement naturel c’est la coopération, l’intégration de toutes les synergies. Que ce soit dans l’infiniment petit ou l’infiniment grand, l’énergie de vie réside dans le principe « d’aller avec ». C’est sur ce principe fondateur que Ressources Plurielles tissent ses liens de partenariat avec les médecins ou les pharmaciens dans le but de travailler dans la complémentarité.

La complémentarité avec les médecins signifie un accompagnement pluridisciplinaire autour d’une prise en charge non médicamenteuse au bénéfice du patient. Le praticien en médecine non conventionnelle de Ressources Plurielles construit un pont avec le médecin où leurs ressources et leurs besoins réciproques favorisent la coopération plutôt que l’antagonisme.

Cette complémentarité des médecines – non conventionnelles et conventionnelle – ouvre le champ à une éducation à la santé qui aide chaque personne à développer des capacités et des moyens qui lui permettent de promouvoir sa santé et sa qualité de vie ainsi que celles de la collectivité.

La vie dans les centres urbains, le mode de vie basé sur le consumérisme, la rupture de notre lien avec notre environnement naturel, la qualité de notre alimentation, l’air que nous respirons et notre façon de réguler nos émotions et d’interagir avec notre environnement (familial, social, professionnel…) a bouleversé notre équilibre métabolique et fragilisé nos défenses immunitaires.

Nous somatisons le mal être généré par notre mode de vie et les symptômes exprimés n’entrent pas toujours dans le tableau clinique : une maladie, des symptômes, un remède. Les approches non conventionnelles considèrent la personne dans sa globalité et sa singularité, elles cherchent à rééquilibrer le terrain et à ramener la personne vers son harmonie.

Résultats d’une enquête effectuée en 2012 par Ressources Plurielles  sur la ville de Marseille :

  • 86 % des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà consulté des praticiens en approches non conventionnelles (équivalent au chiffre publié par l’OMS en 2010 concernant la France)
  • 70 % considèrent que les approches non conventionnelles sont complémentaires de la médecine allopathique
  • 12 % consultent en approches non conventionnelle sur les conseils de leur médecin
  • 64 % consultent à titre curatif et préventif
  • 58 % consultent des professionnels d’approches non conventionnelles pour la qualité de l’écoute et l’absence des effets iatrogènes.

La complémentarité visant l’autonomie et la prévention

Cette collaboration s’effectue au bénéfice du patient, les améliorations constatées influent la qualité de vie du bénéficiaire qui gagne en autonomie et retrouve son pouvoir d’agir.

Elle démontre ainsi le principe fondamental des médecines non conventionnelles qui implique la personne à acquérir les comportements adaptés pour devenir responsable de sa santé et améliorer sa qualité de vie.

La complémentarité des médecines non conventionnelles (non médicamenteuses) avec la médecine conventionnelle crée une synergie, une réponse globale qui prend en compte les causes multifactorielles à l’apparition du déséquilibre. L’attention est portée sur les prédispositions de la personne, sur sa vie émotive et ses valeurs, sur ses forces et ses faiblesses, tout en prenant en compte les symptômes.

Cet accompagnement en complémentarité vise à :

  • rétablir l’harmonie et l’équilibre physique, mental, énergétique et psychique
  • soutenir et compléter l’action des traitements allopathiques
  • proposer une solution durable et adaptée à la singularité de la personne
  • aider à stimuler les capacités d’auto-guérison

Cette synergie privilégie le dialogue et l’attention afin de répondre au mieux aux attentes des bénéficiaires, les aider à adopter une hygiène de vie adaptée à leurs besoins et prendre en charge leur santé.