Cuba : une île paradisiaque pour les abeilles !

Cuba, une île bio où le miel coule à flot, car les abeilles sont protégées

Pour cause d’embargo, les agriculteurs cubains n’ont pas eu accès aux produits phytosanitaires pour protéger leurs cultures. Un article publié dans « the guardian » en février 2016, montre que ce fut un mal pour un bien. Bio malgré elle, l’île est aujourd’hui le seul endroit au monde où les abeilles sont en bonne santé. Le miel bio cubain s’exporte très bien, et l’apiculture s’y développe.

Depuis 25 ans, Cuba n’avait plus accès aux pesticides pour la protection de ses productions agricoles

Après l’effondrement de l’Union Soviétique en 1991, qui était le principal partenaire commercial de Cuba, l’île a été dans l’incapacité de se fournir en pesticides, par manque de devises étrangères et à cause de l’embargo des États-Unis. Par nécessité, le gouvernement a alors adopté une politique d’agriculture bio, qui perdure aujourd’hui. Avec l’assouplissement de l’embargo suite à la restauration des liens diplomatiques entre les deux pays, les exportateurs de miel bio cubain constatent une forte croissance commerciale.

La production de miel bio prend une place de plus en plus importante dans les exportations cubaines

Longtemps connu pour ses cigares et son rhum, Cuba a désormais ajouté le miel bio à ses principales exportations agricoles. Alors que dans le reste du monde, l’usage de pesticides a provoqué le déclin des populations d’abeilles.

Selon Théodor Friedrich, représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (ou ONUAA) à Cuba, le miel bio est ainsi devenu la quatrième exportation agricole du pays, derrière le poisson, le tabac et l’alcool, mais devant le sucre et le café, qui sont pourtant des produits réputés. « Tout le miel cubain est certifié bio. Il a un goût spécifique, très typique, qui en fait un produit très recherché. »

Cuba a produit plus de 7 200 tonnes de miel bio en 2014 pour une valeur d’environ 23,3 millions de dollars, selon les statistiques gouvernementales cités par l’ONUAA. La production du pays est encore minuscule comparée aux poids lourds du miel, comme la Chine, la Turquie, et l’Argentine. Mais avec une valeur bien supérieure au kilo, les voyants sont au vert pour les apiculteurs cubains.

Grâce a un environnement protégé, sans pesticides, l’apiculture cubaine est en plein essor

Avec 80 ruches bondées d’abeilles, chacune produisant 45 kg de miel par an, Javier Alfonso pense que les exportations cubaines pourraient connaître une augmentation notable dans les années à venir. Sa miellerie au bout d’un chemin de terre à San Antonio de los Banos – ville agricole à une heure de route de la Havane -, a été construite à partir de rien par ses employés.

« Nous ne sommes encore qu’une petite unité de production, mais nous pouvons nous agrandir, dit-il en regardant les rangées de ruches en bois vides. »

Comme les autres apiculteurs cubains, il vend le miel exclusivement au gouvernement, qui le paie selon le prix du marché mondial et prend alors la responsabilité de vendre le produit à l’étranger. La majorité de l’exportation de miel se fait en Europe, précise-t-il. Il aimerait pouvoir emprunter de l’argent afin d’augmenter sa production, mais il est difficile d’obtenir un crédit. Aussi lui et son équipe construisent eux-même les infrastructures nécessaires aux abeilles.

« C’est un environnement très naturel pour les abeilles, raconte Raul Vasquez, employé à la ferme. Le gouvernement n’est pas autorisé à nous vendre des produits chimiques. C’est peut-être pour ça que les abeilles ne meurent pas ici ».
Mais si la orioduction de miel bio cubaine cherche à récolter les fruits du commerce avec les États-Unis, d’après les officiels de l’industrie, les producteurs des autres pays sont dans une situation plus difficile.

Le contraste entre la santé des abeilles à Cuba et celles d’Europe ou d’Amérique

Les apiculteurs, notamment américains et canadiens, se plaignent depuis longtemps de la menace que les pesticides posent aux abeilles et à l’ensemble de l’a filière apicole. L’US Environmental Protection Agency a rendu public une étude indiquant que l’usage d’insecticides sur les plants de coton et les arbres fruitiers avait un impact néfaste sur les populations d’abeille.

« Je ne pense pas qu’il y ait le moindre doute sur le fait que les populations d’abeilles aient baissé, aux États-Unis et en Europe, depuis la 2ème Guerre Mondiale » lance Norman Carreck, directeur scientifique de l’International Bee Research Association, à la Fondation Thomson Reuters. Selon lui, les changements climatiques, la diminution de l’espace disponible pour l’habitat des abeilles sauvages, les maladies et les pesticides sont responsables de ce déclin.

Pour Théodor Friedrich, en raison de l’absence de pesticide, la production de miel bio à Cuba pourrait servir de protection face aux problèmes touchant les autres exportateurs de miel, et pourrait devenir une source croissante de revenu pour les fermiers de l’île.

« L’usage de pesticides en général est très limité, explique-t-il. Et c’est pourquoi Cuba n’a pas été victime des pertes qui ont touché les population d’abeilles dans les autres régions du monde. »

Article publié dans « the guardian » en février 2016

Les abeilles sont des insectes conscients

Une étude de chercheurs de la MacQuarie University de Sidney montre que les abeilles sont conscientes du monde qui les entoure, et font des choix subjectifs pour exploiter leur environnement.

Un article rédigé par Colin Fernandez et paru dans the Daily Mail du 18 avril 2016 explique pourquoi les abeilles sont plus intelligentes que ce que l’on croit, et très conscientes de leur environnement.

Les abeilles éprouvent des émotions et sont douées de capacités cognitives

Une étude conduite par des chercheurs de la MacQuarie University de Sidney montre que les abeilles sont bien plus que des machines à récolter le pollen, et sont gouvernées par leurs émotions lorsqu’elles prennent des décisions. En effet, les butineuses n’agissent pas uniquement en fonction de leurs sensations immédiates. Elles font des choix subjectifs dépendant de leurs expériences individuelles. Ce résultat relativise donc l’existence d’un « esprit collectif » de la ruche.

D’après les auteurs de l’étude :« L’abeille mellifère en particulier est considérée comme un insecte disposant de capacités cognitives qui rivalisent avec celles de nombreux mammifères. Si on ne tient pas en compte des mécanismes sous-jacents, cela ressemble simplement à de la curiosité ». Mais si on tient compte de la complexité que demande le vol ainsi que la récolte du pollen, la tâche devient tellement difficile que l’insecte doit avoir une certaine forme de conscience afin de l’accomplir. En effet, l’abeille a besoin d’une représentation complète de son environnement, qui diffère en fonction de ses propres besoins.

L’étude du cerveau des abeilles montrent qu’elles ont également une réflexion personnelle

En scannant des cerveaux d’insectes, les chercheurs ont montré que tous les insectes ne répondaient pas de la même manière par activité réflexe, mais que leur réponse dépendait de leurs caractéristiques individuelles propres. Par exemple, les réponses différaient si les besoins des insectes évoluaient. Néanmoins, la question de la conscience chez les non-humains est loin d’être tranchée. La question se pose toujours pour les primates, et donc encore plus pour les insectes.

Le CNRS de Toulouse travaille également sur la mémoire des abeilles et leurs capacités d’apprentissage.
L’objectif de l’équipe de Martin GIURFA & Jean-Marc DEVAUD, est d’étudier la plasticité dépendante de l’expérience chez les insectes tels que les abeilles, les bourdons ou les drosophiles. Ils ont mis en évidence les fonctions cognitives comme l’apprentissage et la mémoire visuelle et olfactive des individus, en dehors de l’organisation de la colonie pour une espèce sociale comme apis mellifera. L’analyse comparative entre les espèces présentant des niveaux de complexité sociale variés est une opportunité unique pour comprendre les liens entre la plasticité dépendant de l’expérience et le contexte social