L’énergie au présent, vers l’unité corps esprit

L’énergie vitale, le concept lié au QI

L’énergie est décrite par les scientifiques comme un courant électrique qui évolue en un temps donné, une résonnance magnétique liée à une fréquence. Du point de vue d’un biologiste, c’est dans le noyau de chaque cellule que se trouve l’énergie.

L’énergie est inhérente au principe même de la vie car c’est dans le mouvement que notre corps évolue. Elle se déplace partout dans notre corps en fonction des besoins et elle entre en interaction avec notre environnement avec lequel nous sommes en lien.

L’énergie influe en tous points de notre métabolisme car, dans notre corps, tout est lié. Ce qui influe en un point influe sur la globalité. L’énergie est donc un lien qui œuvre dans la globalité, et, quelque soit sa manière de se structurer, notre corps maintient notre équilibre et notre « bonne santé ».

Ainsi, une usine de quelque 60000 mille milliards de cellules produit 30000 produits différents, de la molécule la plus simple à la plus complexe. Des centaines de millions de réactions physiques, chimiques et énergétiques ont lieu en permanence assurant les fonctions, la coordination, la cohérence de l’ensemble des fonctions entre elles

Notre corps est un gigantesque réseau de coopération totale et permanente où chaque plus petit constituant de l’organisme assure son rôle propre tout en interagissant positivement avec l’ensemble. Des millions d’informations sont décodées en permanence afin de permettre la synthèse, l’assimilation ou au contraire la dégradation de ces milliers de composés chimiques et de maintenir les conditions de fonctionnement optimum du corps humain.

L’énergie est à la fois le support de ces informations et la « matière » qui influe sur nos organes à l’aide de l’influence physico chimique. En effet, on parle alors d’onde de forme lorsque l’énergie constitue une information et la source d’un changement métabolique.

Si l’on considère le magnétisme d’un aimant, l’onde de forme est le magnétisme qui est autour, elle diffuse une information, un électromagnétisme avec une polarité physique et mesurable, mais aussi un champs magnétique (l’onde) qui évolue a travers le temps donc de l’énergie. Ainsi notre corps peut communiquer dans tout ce qui le compose mais aussi à l’extérieur et devient autant rémanent qu’un aimant.

Notre corps étant composé d’eau, chaque atome est une particule magnétique qui influe sur son entourage proche et distant. Nous sommes donc inéluctablement liés à tout ce qui nous entoure.

D’un point de vue métabolique l’énergie est la source d’un changement dont la destination est l’équilibre. Une émotion qui passe par notre mental, peut influer sur notre physique, et interagir sur notre métabolisme. Notre corps est fait pour s’auto équilibrer, s’autogérer voir s’auto guérir.

Pour information, l’énergie terrestre oscille dans une moyenne de 15hz et plus, notre corps oscille entre 10 et 15hz d’où cette cohérence entre l’environnement et notre énergie vitale. Notre vécu global dépend aussi de notre environnement.

Au total, pour son équilibre, son entretien et son fonctionnement, l’organisme dispose d’énergies provenant de :

  • l’énergie ancestrale fournie à la naissance, celle qui est lié au transgénérationnel
  • l’énergie des aliments et de l’eau consommés
  • l’énergie de l’air respiré
  • l’énergie tellurique (de la terre)
  • l’énergie cosmique (du soleil, des étoiles et des planètes)
  • l’énergie universelle qui nourrit l’ensemble de l’univers.

L’équilibre de notre métabolisme va dans notre sens si on le respecte dans sa globalité.

Pratiques énergétiques, coopération et complémentarité

En médecine chinoise, acupuncture, Qi gong, Ayurveda, massage, yoga, bio énergie, méthode surrender, ostéopathie et bien d’autres pratiques, en diététique et pharmacopée et herboristerie, l’intention de l’accompagnement est la même : écouter, comprendre, agir, influer, libérer ce qui est en tension ou ne circule pas, donner un sens à ce qui détériore notre hygiène de vie au bénéfice d’une démarche plus écologique pour notre corps et notre esprit.

Toutes les pratiques travaillent sur le même référentiel, notre corps, abordent chacune de nos facettes selon leur axe et facilité, et engendre la restauration des fonctions altérées par la mise en place d’une prévention.

En complémentarité, elle centre la démarche médecin – praticien – patient dans une vision de coopération et non de compétition afin de donner un sens aux expériences négatives douloureuses et d’effacer la compétition des 3 parties de notre cerveau :

• Le tronc cérébral ou cerveau reptilien régit les automatismes liés à l’instinct de survie, l’agressivité instinctive, la fuite, la reproduction, la défense du territoire. Il est programmé par l’acquit de situation et donc incapable d’adaptation. Les mêmes causes ont toujours les mêmes effets : le danger potentiel, la peur, la prise de pouvoir.

Le cerveau limbique ou cerveau émotionnel régit les pulsions, les émotions, les sentiments, l’empathie, le statut social, l’intégration au groupe, le sentiment de sécurité ou d’insécurité, les pulsions d’attaque ou de défense, Les croyances. Vierge à la naissance, il s’imprègne des expériences vécues et en fonction de la mémoire, filtre les informations interprète en «j’aime » ou «je n’aime pas ». Il est souvent lié à l’étouffement cognitif, la suppression des émotions négatives par coupure du ressenti.

• Le néocortex régit l’intelligence, l’abstraction, le langage, les concepts, la notion d’espace, l’association d’idées, l’imagination, la créativité, l’originalité, La conscience, le raisonnement, la logique, l’adaptation à l’environnement. Il influe sur les expériences graves, le court-circuit émotionnel, la déconnection totale du néocortex, l’attaque d’anxiété ou de panique

Cette action concertée de coopération redessine la conception sensorielle de notre réalité, et bien évidemment notre somatisation physique suit…

Coopération – centrage :

  • Le comportement juste
  • L’intelligence du cœur, l’amour, l’empathie
  • La créativité
  • La raison
  • Les émotions positives, la motivation, la joie
  • La facilité, la légèreté.

Compétition – décentrage – Peur

  • De l’insécurité
  • D’être rejeté du groupe
  • De ne pas être reconnu,
  • De ne pas être aimé
  • De ne pas être capable,
  • D’être jugé
  • De l’échec.

Les approches énergétiques réorganisent un courant faible et agissent sur sa polarité afin de la rééquilibrer. Tous travaillent donc en complémentarité sur un même référentiel pour les mêmes buts avec des approches différentes qui sont facilitatrices dans certains cas. Aussi, tel un jeu de domino, l’émotion est liée à un organe, qui est lié à une vertèbre, qui fonctionne en rapport à des os et des muscles. Chaque influence à un résultat.

Le médecin choisit sa démarche avec les praticiens en fonction de leurs champs de compétences mais surtout en fonction de la facilité à faire les liens utiles au patient en fonction de leurs vécus expérientiels.

Le praticien énergéticien est issu d’une formation qui est avant tout expérientielle, basé sur le vécu (du praticien), il apprend à se soigner et à soigner ses pairs. Le savoir acquis lors de sa formation est valorisé par son savoir être, sa capacité à faire des liens avec son vécu et à mettre en œuvre les principes qu’il utilise dans sa pratique pour rester en bonne santé. Il fait ce qu’il dit et il dit ce qu’il fait.

Le patient apprend par la valorisation de ses ressources existantes et des nouveaux acquits en fonction de sa démarche énergétique. Il devient autonome dans une forme de transfert de compétence médecin-praticien-patient axé sur un modèle d’éducation à la santé.

L’énergie en consultation pluridisciplinaire

Dans le parcours de soin, le diagnostic du médecin est fondamental. Il fixe le cadre et le contexte de la démarche de complémentarité et donne des indications précieuses sur les phénomènes engendrés et la problématique permettant ainsi un gain de temps.

Plus la complémentarité est active et précise plus les informations qui circulent de part et d’autre (médecin-praticien) sont précieuses et utiles au processus de soin. Le parcours de soin va permettre de voir le problème sous divers angles et de recentrer le débat sur l’humain et non sur la démarche thérapeutique.

Soigner le terrain c’est également soigner son environnement, le praticien va donc pratiquer une éducation à la santé afin que la personne prenne conscience de quelle façon elle participe à la qualité de son état de santé et comment elle peut agir (mobiliser ses ressources) pour être dans la prévention.

Le praticien peut également orienter la personne vers une pratique plus pédagogique qui permettra à la personne d’acquérir les compétences nécessaires pour améliorer sa qualité de vie par une hygiène de vie adaptée.

Dans une démarche de soins énergétique, le dysfonctionnent peut provenir de n’importe lequel des trois niveaux : physique, psychique ou énergétique, de l’être humain… Quel que soit le niveau de départ, cela se répercutera toujours à la longue sur le corps physique.

De même, quel que soit l’élément déclencheur, les trois niveaux sont toujours impliqués d’une manière ou d’une autre dans la formation d’une maladie.

TOUT traitement devra donc obligatoirement traiter ces 3 niveaux pour obtenir une guérison complète et définitive de la personne. Ainsi, en plus des traitements propres au désordre, il faudra nécessairement :

  • Eliminer toutes les toxines de l’organisme, en plus de drainer l’organe atteint.
  • Lever des blocages énergétiques
  • Solutionner les conflits, et travailler sur les croyances limitantes et les peurs.

Les traitements du corps doivent toujours s’accompagner de soins de l’esprit et d’une harmonisation des énergies…  De là à dire que la maladie sert à révéler des troubles de l’esprit il n’y a qu’un pas que beaucoup d’auteurs ont souligné… En allant plus loin, ces mêmes dispositions peuvent être mises en place également dans le but de prévenir les maladies… Elles constituent la meilleure prévention pour vivre vieux et en bonne santé.

L’impact de notre hygiène de vie sur notre énergie vitale

Chaque époque développe une nouvelle approche de la maladie en fonction des nouvelles expériences et des corrélations du moment. Notre époque considère notre corps comme une mécanique réparable ou domptable alors que ce dernier ressemble plutôt à de l’horlogerie fine. Mais au lieu de s’opposer, ces points de vue se complètent parfaitement lors qu’ils sont abordés dans la complémentarité.

Il est possible de résumer les différentes causes des problématiques de santé de la façon suivante :

  • Méconnaissance du corps, rupture du lien corps-esprit
  • Alimentation de mauvaise qualité
  • Alimentation influencée par le cadre environnemental (humain et naturel), l’ambiance des repas (disputes, discussions houleuses, informations TV…), alimentation influencée par le marketing émotionnel
  • Mauvaises habitudes ou hygiène de vie: déséquilibres alimentaires, boissons inadaptées, drogue, manque de sommeil, sédentarité, etc.
  • Pensées inadaptées entraînant des attitudes déplacées : jalousie, rancœur, contrariété, envie, etc. souvent à la suite d’un choc émotionnel.
  • Déséquilibre du terrain, ou déséquilibre énergétique du à une prédisposition négative, influence des facteurs de naissance et des prédispositions géographiques, liées au groupe etc…
  • Problème géobiologique ou problème de changements climatiques inappropriés pour une saison.
  • Problème géobiophysique ou problème de changements du a la proximité d’un champ tellurique ou électromagnétique (aimant, wifi, ondes)
  • causes extérieures: germes, allergènes, polluants, acidité, radicaux libres, champs électromagnétiques… comme l’a ajouté la médecine moderne.

L’énergie du changement

L’énergie permet de mettre en place l’enracinement dans le présent qui induit un lien direct avec la réalité du moment afin d’être en adéquation avec ce qui nous entoure.

Ce n’est que dans le présent que nous co-créons notre avenir. Nous donnons un sens à ce que nous vivons par notre vécu corporel (la somatisation) et nos choix influant sur notre psyché.

Quelques soient nos changements, l’énergie est le liant des facteurs qui sont associés 

  • Changements physiques : la circulation énergétique reconditionne les tissus et leurs circulations aux niveaux musculaires, osseux, organiques.
  • Changements physiologique : Le cycle organique se rééquilibre permettant un équilibre global de l’énergie dans les organes
  • Changements psychologique : les changements liés au schéma corporel et organique influent sur la psychè
  • Changements posturaux : la circulation énergétique influe sur l’anatomie
  • Changements d’hygiène de vie et de prévention : prise de conscience des programmes non adaptés et changements opérationnels vers un bien-être

Les changements effectués par les soins énergétiques participent ainsi à la démarche globale et impliquent l’action de tous les participants, c’est-à-dire que c’est l’ensemble des intervenants patient-médecin-praticien qui unissent leurs savoir-faire au bénéfice du savoir être et du devenir du patient.

De plus ce que je fais pour moi, change l’autre, car sur le principe énergétique est lié à une réalité : la rémanence magnétique nous permet de partager tout ce que nous vivons, donc tout ce qui influe sur moi, influe sur mon environnement et mon environnement influe sur moi.

Les changements que nous effectuons dépendent aussi de notre cadre culturel qui est défini par nos habitudes du quotidien, nos rituels de vie, nos rythmes de vie et qui donne ainsi un sens local à notre vie. Un référentiel qui permet à chacun de savoir ce qui est utile ou inutile de faire. En europe nous n’apprenons pas à prendre soins de soi comme on le fait en chine ou en inde.

L’énergie et les cultures

Selon les civilisations, l’énergie qui anime l’être humain prit différents noms :

  • le Tchi (ou Qi) des Chinois,
  • le prâna des hindous,
  • le Ki des Japonais,
  • la Baraka des soufis,
  • le Yesod des kabbalistes,
  • la Mâna des Polynésiens,
  • la grâce ou l’Esprit-Saint des chrétiens,
  • l’orgone, le fluide vital, le don, l’énergie universelle,
  • l’énergie vitale… plus récemment.

Pour les anciens, l’énergie constitue le souffle vital qui nourrit les individus et qui leur permet de vivre. Souffle de vie que l’on retrouve dans le mouvement respiratoire primaire du liquide céphalo rachidien. Cette énergie doit être fournie en permanence à chaque être humain pour qu’il puisse vivre comme un appareil a besoin de l’électricité pour fonctionner.

Or, cette énergie étant présente partout dans l’environnement, l’univers, l’être humain est en permanence nourri par elle. Elle n’est pas liée à une culture mais, chacun va devoir s’adapter en fonction de sa culture et faire des ponts pour la comprendre et comprendre son fonctionnement.

Culture occidentale (judéo-chrétienne)

Autres cultures

L’être humain est au-dessus des espèces qui sont à son service et dont il peut disposer L’être humain est un élément du tout et il participe à son équilibre, il est lié à cet univers et à tout ce qui le compose (animal, végétal, terre, cosmos…)
La maladie est une fatalité, voire une punition divine La maladie est la source d’un déséquilibre qui appelle au changement et à la transformation
La santé c’est l’absence de maladie La santé c’est l’équilibre, c’est une ressource de la vie quotidienne
On soigne le symptôme On ramène la personne vers son équilibre selon sa singularité
Le corps est une mécanique Le corps est un temple qui doit être respecté
Le mental a tout pouvoir Le lien corps-esprit est une réalité vécue par des pratiques : yoga, Qi Gong, Tai chi, arts martiaux…
Culture centrée sur le mental Cultures centrées sur le cœur
Cuisine basée sur le plaisirs gustatifs Cuisine diététique centrée sur la santé et l’équilibre (MTC et Ayurveda)

Ces médecines sont très anciennes, leurs principes sont basés sur l’observation du vivant, du principe de la coopération et de la complémentarité et de l’influence multifactorielle.

L’énergie source du sevrage médicamenteux

Au fur et à mesure des séances, les fonctions organiques déficientes en énergie vont peu à peu retrouver une position d’équilibre.

Ainsi, la pharmacopée jusqu’alors utilisée comme compensation de la fonction organique ou fonctionnelle va peu à peu mettre en excès les fonctions vitales des organes sollicitées. Le corps lui-même va imposer une demande claire de rejet des médications. Le médecin va s’apercevoir que des analyses biologiques changent ou la disparition physique de certains phénomènes et constater le changement global de son patient dans les faits.

Le patient va se sentir plus confortable, les fonctions vont prendre le relais sur leurs assistances. Le médecin va pouvoir prendre en charge le patient d’une manière différente en fonction de nouvelles demandes.

Dès lors ou le patient prend conscience que sa façon d’agir a un sens pour lui, son corps fonctionne d’une manière cohérente, nous ne sommes plus dans le contre mais dans le avec, et ce avec est global.

L’énergie est-elle suffisante pour prendre en charge sa santé et changer sa qualité de vie ?

Un suivi énergétique n’est pas suffisant pour que la personne prenne en charge sa santé car ce n’est pas raisonnable de ne travailler sur un seul axe. En effet, l’accompagnement énergétique permet de mettre en place une démarche guidée par un praticien. Dans tous les cas un accompagnement travaillant sur le mental et les émotions permettra de faire perdurer les nouveaux schémas avec des techniques travaillant directement sur la plasticité du cerveau afin de ne pas reproduire certains schémas néfastes.

Lors du soin énergétique, la personne est passive. Un accompagnement psycho-corporel va permettre à la personne de gagner en autonomie et de prendre en charge sa santé grâce à des comportements préventifs : respiration, relaxation…

En conclusion

Nous associons dans la démarche énergétique, une source de changement, une éducation à la santé par une hygiène de vie globale permettant de mettre en action toutes les ressources disponibles tant en interne dans notre corps qu’en externe par les approche pluridisciplinaires et la complémentarité avec la médecine.

Ce travail unifié permet à l’être humain de devenir une entité en équilibre dans le dynamisme global que lui offre le mouvement de la vie, le Qi en tant que souffle énergétique de la vie.

Maurice Cohen (bio-énergéticien – méthode Surrender)
http://www.bioenergie-reiki-relax-marseille.fr/