Le mal de dos ou l’ostéopathie de notre vécu existentiel

 

La douleur du dos au-delà de la mécanique structurelle…

Le “mal de dos” est le cheval de bataille de nombreuses spécialités médicales ou paramédicales. L’approche thérapeutique de ces affections par l’ostéopathie via la méthode Surrender est différente par le concept et la spécificité de l’approche utilisée.

Différente, car le praticien considère dans la majorité des cas la problématique comme la conséquence d’une suite adaptative plus ou moins complexe. Par exemple, une douleur dorsale peut être liée à des maux d’estomac ou à une dysfonction de la vésicule biliaire ou bien encore à l’influence de la chronicité d’une émotion.

Spécifique, car la méthode Surrender rassemble une écoute s’intéressant à la globalité des postures vertébrales et aux répercutions viscérales et crâniennes.

Notre dos s’incline près de 1700 fois par jour. Fortement sollicitée, cette partie du corps doit donc être ménagée et faire l’objet d’une vigilance particulière.

Qu’est-ce que le dos ? la colonne vertébrale ? Simplement…

Le dos est associé à la colonne vertébrale, appelée le rachis, est un édifice très complexe et chaque élément peut s’abîmer et faire souffrir. Cette structure est formée par l’empilement d’os ou vertèbres.

Chaque vertèbre est constituée en avant d’un corps grossièrement cubique et massif, auquel est soudé un arc osseux vers l’arrière. L’arc postérieur présente de nombreux reliefs. La saillie postérieure dite « épineuse » est bien palpable et même visible au niveau thoracique, entre les omoplates.

Les disques (sorte de coussinet) unissent les corps vertébraux. Les arcs postérieurs sont solidarisés par deux petites articulations et de nombreux ligaments (cordons fibreux).

Tous ces éléments peuvent se détériorer, devenir douloureux et irriter les racines des nerfs. Les lombalgies peuvent résulter d’altérations des vertèbres (fracture-tassement…), des disques (hernie, pincement…), des articulations (arthrose…), des ligaments (entorse), des muscles (déchirure, faiblesse…). Elles peuvent être la cause ou la conséquence d’une déformation de la colonne vertébrale (scoliose, forte cambrure…).

Composée de vertèbres séparées, semi-séparées ou soudées, la colonne vertébrale comporte de nombreuses articulations permettant le soutien et la mobilité du crâne, la flexion du cou et du dos ; elle présente des points d’attache pour les côtes (qui entourent la cavité thoracique) et elle soutient et protège la moelle épinière. La colonne vertébrale est formée de sept vertèbres cervicales formant le cou, de douze vertèbres dorsales formant le haut du dos, et de cinq vertèbres lombaires formant le bas du dos. Le sacrum fait également partie de la colonne vertébrale. Il se compose de cinq vertèbres soudées les unes aux autres qui relient la colonne vertébrale à la ceinture pelvienne et au coccyx. Le coccyx est formé d’au moins quatre vertèbres semi-mobiles qui contribuent à la protection de la partie inférieure du tube digestif.

Entre chaque vertèbre se trouve un disque intervertébral fait de cartilage qui absorbe les chocs et protège la colonne vertébrale des traumatismes. Les vertèbres sont reliées les unes aux autres par une série de ligaments, comprenant les ligaments inter-transversaires qui s’étendent sur toute la longueur de la colonne vertébrale et qui sont fixés aux apophyses transverses de chaque vertèbre. La moelle épinière qui représente la voie nerveuse principale, afférente et efférente au cerveau, descend le long d’un canal situé au centre de la colonne vertébrale.

 

Disques intervertébraux

Chaque disque possède un centre interne pulpeux, appelé noyau pulpeux, et un anneau externe fibreux, qui est visible sur la vue latérale de la colonne vertébrale. Ces disques intervertébraux se fracturent ou se luxent facilement lorsque la colonne vertébrale subit des tensions inhabituelles, telles que celles induites par le fait de soulever un objet lourd dans une mauvaise position, de tordre violemment le dos, ce qui arrive dans le cas de beaucoup de blessures sportives. Le « glissement » d’un disque n’est que l’une des nombreuses causes du mal de dos. D’autres types de problèmes sont l’arthrite, la méningite spinale et l’inflammation d’un tendon ou d’un muscle.

Ces problèmes de dos peuvent entraîner des douleurs intenses, qui sont aggravées par des changements du temps, un mauvais régime, le fait de soulever des charges, la marche ou encore le simple fait de s’asseoir. Etant donné qu’un grand nombre de muscles sont rattachés à la colonne vertébrale, des actions aussi simples que se laver, tousser, rire ou même respirer peuvent devenir intolérables dans certaines conditions. Le disque intervertébral a une pression hydraulique et une qualité d’amortisseur qui varie entre le jour et la nuit en fonction du remplissage de son noyau.

La journée, sous l’influence de la pesanteur et des contraintes de charges verticales appliquées sur la colonne vertébrale, les disques intervertébraux sont sollicités en compression. Leur pression interne, dit de suspension, diminue progressivement (comme s’ils “se dégonflaient”), ce qui diminue leur qualité d’amortisseur hydraulique.

La journée, que vous soyez debout ou assis, les disques intervertébraux sont soumis à des pressions importantes. Ces pressions sont dues :

  • à tout ce qui pèse directement sur la colonne : tête, haut du corps, bras…,
  • aux contraintes mécaniques associées aux efforts musculaires qui tirent sur la colonne : mouvements des bras, soutien de l’abdomen…

La nuit, en position couchée, le noyau du disque se remplit à nouveau de liquide, comme s’il se “regonflait”. Ceci lui améliore la qualité de suspension hydraulique au niveau de chaque disque. Ainsi, en théorie, “on grandit la nuit en dormant”.

Ce processus de remplissage du noyau du disque est sensible aux modifications de circulation sanguine locales : l’âge, la nicotine, les vibrations… amènent progressivement une réduction des qualités hydrauliques des disques. Ce phénomène commence par les disques les plus bas de la colonne (L5-S1).

Il existe donc de nombreux dysfonctionnement organique et structurel du rachis. Ceux-ci engendre des problématique plus générale, du type organique ou viscéral, souvent en lien avec des impacts émotionnels du vécu de la personne qui souffre d’un simple mal de dos.

Les problèmes en quelques exemples

Il existe 2 différents types de douleur dorsale :

  • Les douleurs au dos classées selon leur durée :
    • douleur aiguë : douleur au dos intense qui dure quelques jours à quelques semaines,
    • douleur chronique : douleur dorsale sourde qui peut durer plusieurs mois avec des périodes non douloureuses.
  • Les douleurs dorsales classées selon leur mécanisme :
    • douleur inflammatoire : douleur au dos non déclenchée par les mouvements qui survient surtout la nuit ou le matin, s’accompagne d’une raideur matinale et n’est pas calmée par le repos.
    • douleur mécanique : douleur dorsale déclenchée par les mouvements qui survient le jour et bien calmée par le repos et les antalgiques

Il existe de nombreux types de douleur au dos. Les maux de dos peuvent être définis selon le type de la douleur (aiguë ou chronique, mécanique ou inflammatoire) ou selon leur localisation :

  • douleur aux cervicales ou cervicalgie,
  • douleur aux lombaires ou lombalgie,
  • douleur au milieu du dos ou dorsalgie,
  • douleur le long du trajet du nerf sciatique,
  • douleur au bas du dos ou « mal aux reins ».

Au-delà de la mécanique corporelle : l’impact l’émotionnel

Dans l’esprit des expressions « j’en ai plein le dos » ou « j’ai tout sur mes épaules », le vécu corporel nous démontre bien que notre comportement émotionnel influe d’une manière importante sur la structure et l’intelligence organique de notre corps physique. Il est en lien direct avec nos somatisations.

Nous vivons dans une société qui bouscule nos habitudes et nos comportements et ce très souvent au-delà de notre écologie interne voir de l’équilibre tant désiré.

Chaque vertèbre possède sa connotation émotionnelle,  ses troubles liés, et des liens direct avec des partie du corps et leur somatisation (très bien dépeints par la médecine chinoise et liés à la démarche ostéopathique ) :

  • La 1 e cervicale est lié à la rumination dans la tête (idées qui tournent)
  • Les troubles associés sont généralement des migraines hépatiques à la base du crâne, des douleurs occipitales ou suborbitales, de légers acouphènes
    • Elle est en lien direct avec le visage, le cerveau, les yeux, l’oreille, la langue et le coccys.
    • Un travail sur le foie peut régulariser les problèmes
  • La 2 e cervicale est lié au déni de soi
  • Les troubles associés sont généralement des problématiques dentaires
    • Elle est en lien direct avec le cuir chevelu, le cerveau, le visage, le nez, la gorge, les oreilles
    • La consultation d’un dentiste est suggérée, parodonties, gingivites, occlusions etc…
  • La 3 e cervicale est lié au fait que l’on existe par ce que l’on fait et non ce que l’on est, nous portons alors un masque.
    • Les troubles associés sont généralement le Syndrome de Ménière, des Vertiges, des vomissements, la compression du nerf d’Arnold, des troubles ORL
    • Elle est en lien direct avec les amygdales, les gencives, la bouche, et les dents
    • Tonifier les reins et le foie est utile
  • La 4 e cervicale est lié à la culpabilité et la révolte voir la colère.
    • Les troubles associés sont généralement des tensions neuro musculaires
    • Elle est en lien direct avec le diaphragme, la thyroïde, et les poumons
    • Prendre soins de soi par un accompagnement psycho-corporel ou psycho-énergetique est suggéré pour donner sens aux émotions
  • La 5 e cervicale est lié à la peur de s’exprimer, la peur de dire, le fait de garder en soi.
    • Les troubles associés sont généralement des tensions neuro musculaires
    • Elle est en lien direct avec la thyroïde, le pharynx, les amygdales
    • Prendre soins de soi par un accompagnement psycho-corporel ou psycho-énergetique est suggéré pour donner sens aux émotions
  • La 6 e cervicale est lié à notre vision des difficultés, porter son fardeau, sa surcharge, porter la croix de l’autre, le désir de survivre.
  • Les troubles associés sont généralement la Périarthrite, Douleur dans les épaules
    • Elle est en lien direct avec la thyroïde et la parathyroïde
    • Prendre soins de ses épaules par le travail sur les fascias est suggéré
  • La 7 e cervicale est lié au sentiment de ne pas s’en sortir, à la panique face au doute.
    • Les troubles associés sont généralement des tensions de l’abdomen et un gonflement du ventre
    • Elle est en lien direct avec les yeux, le pharynx, les seins, les amygdales
    • Prendre soins de soi par un accompagnement psycho-corporel ou psycho-énergetique est suggéré pour baisser le niveau de stress
  • La 1 e dorsale est liée à la prise de poids, la fermeture à la vie, la peur de perdre, la peur de rater, la peur de ne pas y arriver, la peur de l’échec, la peur de la fin ou de la mort, la perte d’un être cher, le deuil.
    • Les troubles associés sont généralement des tensions neuro musculaires
    • Elle est en lien direct avec la thyroïde, le pharynx, les amygdales
    • Consulter un ophtalmologiste pour vérifier les tensions occulaires est suggéré
  • La 2 e dorsale est liée à l’attachement à la famille, et notamment à l’étouffement au sens propre et figuré
  • Les troubles associés sont généralement des fièvres ou hausse excessives de températures corporelles, des sinusites, des céphalées frontales et pariétales
    • Elle est en lien direct avec le cerveau, les oreilles, la thyroïde, le cœur
    • Un praticien énergétique appliquera de la chaleur autour de cette vertèbre
  • La 3 e dorsale est liée à l’attachement aux phobies, et notamment l’hostilité par rapport à l’injustice
  • Les troubles associés sont généralement troubles respiratoires
    • Elle est en lien direct avec le cerveau, les oreilles, le plexus solaire, les poumons
    • Un praticien énergétique tonifiera l’énergie du poumon
  • La 4 e dorsale est liée à l’amertume, la peur d’aimer et d’être aimé, la colère refoulée
    • Les troubles associés sont l’oppression thoracique, asthme, trouble de la tension artérielle
    • Elle est en lien direct avec le pharynx, le foie, la vésicule biliaire
    • Un praticien psycho-énergétique favorisera le lâcher-prise
  • La 5 e dorsale est liée à la rage ou la colère excessive, le sentiment de ne pas avoir accompli ce que l’on souhaite, le désir excessif de posséder
    • Les troubles associés sont l’oppression thoracique, asthme, trouble de la tension artérielle
    • Elle est en lien direct avec la rate, l’estomac et le pancréas
    • Un praticien en médecine chinoise favorisera un retour à l’équilibre de ces organes
  • La 6 e dorsale est liée aux soucis constants, la haine, la jalousie, tout ce qui n’est pas digérer
    • Les troubles associés sont les flatulences, les coliques
    • Elle est en lien direct avec l’estomac et la vésicule biliaire
    • Veillez à une bonne assimilation alimentaire par le rééquilibrage rate, estomac, pancréas
  • La 7 e dorsale est liée refus de se faire plaisir, aux conflits familiaux et intergénérationnel, au rs le bol et la saturation
    • Les troubles associés sont les douleurs du muscle cardiaque, les troubles cutanés et dermatoses, les affections cardio-vasculaires
    • Elle est en lien direct avec le duodénum et le pancréas
    • Veillez à prendre du recul par rapport aux situations pour envisager d’autres stratégies moins consommatrices de stress et d’énergie
  • La 8 e dorsale est liée à l’obsession de l’échec
    • Les troubles associés sont liés à la somatisation du stress physiologique et musculaires
    • Elle est en lien direct avec le pancréas, la rate, le foie et la vésicule biliaire
    • Une détente neuromusculaire est vivement souhaitée
  • La 9 e dorsale est liée à peur d’être piégé(e), la peur de l’abandon ou d’être abandonner
    • Les troubles associés sont liés aux douleurs du foie, la variation des triglycérides ou du cholestérol ou des gamma GT
    • Elle est en lien direct avec la rate, le foie et la vésicule biliaire
    • Un apprentissage de la régulation alimentaire peut amorcer un retour à l’équilibre notamment au niveau du foie et de la vésicule biliaire
  • La 10 e dorsale est liée au besoin d’être victime et à la perte de territoire
    • Les troubles associés sont liés aux douleurs biliaires, l’irritabilité, aux lithiases ou calculs biliaires
    • Elle est en lien direct avec les reins, les uretères, la prostate, l’utérus, les testicules
    • Des conseils dans la régulation alimentaire au niveau des excès peuvent amorcer un retour à l’équilibre, un accompagnement du foie peut permettre de déverser les émotions négatives
  • La 11 e dorsale est liée à la dévalorisation de soi en rapport à l’image extérieure
    • Les troubles associés sont liés aux troubles digestifs, abdomen gonflé
    • Elle est en lien direct avec l’intestin grêle, les reins, le péritoine, la vessie
    • Des conseils dans la régulation alimentaire afin de favoriser l’évacuation digestive
  • La 12 e dorsale est liée à la peur de ne pas être parfait(e)
    • Les troubles associés sont liés à la constipation sèche, les nausées, les vomissements, l’aérophagie, la gastro-entérite
    • Elle est en lien direct avec l’intestin grêle, les reins, la parésie membres inferieur
    • Prendre soins de la chaleur de l’estomac et évaluer les possibilités de traiter les parasites et les virus
  • La 1 e lombaire est liée à la peur d’être volé
    • Les troubles associés sont liés à la néphrite, l’entérite, l’énurésie, la neurasthénie
    • Elle est en lien direct avec le péritoine, le péritoine, l’intestin, les reins, la vessie
    • Prendre soin de l’équilibre chaleur / humidité dans le corps
  • La 2 e lombaire est liée aux idées noires, à la perturbation du sommeil et à l’humiliation
    • Les troubles associés sont liés la lombalgie, l’impuissance, la fatigue, la frilosité, la surdité, les coliques néphrétiques chroniques, le diabète
    • Elle est en lien direct avec le caecum, les organes génitaux, le péritoine, le processus d’éjaculation
    • Prendre soin de l’énergie des reins et la balance hormonale
  • La 3 e lombaire est liée à la culpabilité, la frustration, la dévalorisation et la trahison
    • Les troubles associés sont liés aux hémorroïdes, la contractions des intestins, la sciatique, le lumbago, la sexualité perturbée
    • Elle est en lien direct avec l’utérus, les ovaires, le sigmoïde
    • Prendre soin de l’énergie des reins
  • La 4e lombaire est liée au rejet de la sexualité
    • Les troubles associés sont la constipation, les colites, la maigreur, l’obésité
    • Elle est en lien direct avec l’uterus, les ovaires, la prostate
    • Prendre soin de l’énergie des reins
  • La 5e lombaire est liée à la difficulté de communication, au mode survie, au poids sur les épaules
    • Les troubles associés sont aux affections urogénitales, trouble des règles, instabilité du foyer (déménagement, divorce…)
    • Elle est en lien direct avec le rectum
    • Prendre soin de l’équilibre hormonal et du shen (l’esprit)
  •  Le sacrum est composé de :
    • S1 est liée à la perte de pouvoir, aux vieilles colères
    • S2 est liée aux résistances face à l’éducation
    • S3 est liée Aux résistances face aux croyances
    • S1 S2 S3 S4 sont liées à l’emprise de quelqu’un ou de quelque chose
    • Les troubles associés sont aux affections urogénitales, et intestinales
    • Elle est en lien direct avec les organes génitaux et les intestins
    • Prendre soin de l’équilibre hormonal et de son transit
  • Le coccyx est lié au déséquilibre par rapport à soi et aux fausses croyances
    • Les troubles associés sont aux affections urogénitales, et intestinales
    • Il est en lien direct avec les organes génitaux, le nerf honteux, le système érectif
    • Prendre soin de l’équilibre hormonal et de sa sexualité

Il existe de nombreuse façon d’appréhender le mal de dos, néanmoins c’est en envisageant de comprendre la globalité des dysfonctionnement que l’on peut faire les liens avec le vécu et sa transformation. Le praticien se doit d’être dans cette écoute bienveillante afin de ne pas tirer des conclusion parcellaires qui ne feraient que solutionner une partie de l’ensemble. Viser à réparer le corps sans en connaitre son histoire viserait à choisir un chemin sans destination, il nous appartient de mettre de la bienveillance dans notre vie émotionnelle afin que cette résonnance permette à notre corps cet équilibre tant désiré.

Les associations précédemment citées ne sont qu’une vision parcellaire de la multitude d’impact que notre dos et notre corps subissent. C’est donc en agrandissant la carte des possibilités de solutions que l’on revient à l’équilibre global. Il appartient à chacun de mieux s’écouter pour se faire entendre.

 

 

Par Maurice Cohen ( Praticien méthode Surrender – auteur – conférencier )