L’art d’aimer

 

On ne peut pas dire que l’ordre règne dans ce monde …

Le temps se fait court, et il y a beaucoup à faire !

Pourquoi ne pas commencer par mettre de l’ordre en nous-même et dans notre propre maison. Ce faisant, l’harmonie retrouvée, on modifie notre façon de concevoir l’aspect matériel du quotidien, on se sent plus léger et moins critique dans nos relations personnelles, plus à l’écoute de l’autre, et de fait, plus humain. Pourquoi ne pas essayer de comprendre celui ou celle que l’on a rejeté pour des raisons futiles induisant des conflits. Personne ne peut le faire à notre place. Pourquoi ne pas chasser nos pensées négatives, trouver des moments de tranquillité afin de reprendre le contrôle de nos propres sentiments, reconnaissant que toute introspection est utile, nécessaire et bénéfique. Faisons notre propre mise à jour avec foi et conviction.

N’occultons pas que cela demande  du courage, de la connaissance, et une bonne dose d’humilité car il est bien facile de prendre des raccourcis afin d’ échapper à une remise en question.

Si les réponses à nos interrogations ne s’imposent pas immédiatement, soyons patients. La paix intérieure s’apprend, se cultive et s’acquiert dans l’art d’aimer. 

La source de toute vie, c’est l’amour. Apprenons sans restriction à dire « je t’aime » !

 

Maya Rochette 

 

Portrait de Maya…

 » Je n’y arriverai jamais …

Combien de fois n’a-t-on pas prononcé ces mots à divers moments de notre vie, que ce soit par simple découragement ou pour des raisons évidentes de santé déficiente ! « 

Ce préambule est destiné à me présenter.

J’ai vécu à Paris durant 78 ans. J’y ai perdu non seulement mes parents,  des frères, mais aussi de précieuses amies de longue date. Pour moi, leur absence fût  et demeure  à la fois le  symbole d’un grand chagrin et d’un manque immuable.

Un jour, après avoir mûrement réfléchi,  j’ai décidé de me rapprocher de ma fille et de sa famille.  Mais ce n’était pas simple de quitter une ville où j’étais née, où  prédominaient  des habitudes de vie bien ancrées, où mon coeur restait attaché à des épisodes  heureux bien que la plus grande part de mon existence fût quelque peu difficile pour ne pas dire éprouvante.

C’est pratiquement seule que j’ai organisé mon déménagement. Je me suis  ensuite adaptée à  un nouveau style de vie.

Depuis  un peu plus de trois ans que je suis ici à Marseille, j’ai eu l’incroyable chance  de rencontrer des personnes extraordinaires. Qui ont une belle âme. Qui sont  très présentes et chères à mon coeur.

Je ne m’ennuie jamais.  Par réserve, je ne vais pas énumérer tout ce qui me captive, me passionne.

Je dirai simplement que j’ai encore mille choses à faire et à apprendre.  En  attendant, mais le plus tard possible, d’aller dormir sous d’autres cieux…