L’esprit de la Méthode Surrender : lâcher prise

La Méthode Surrender : une vision humaniste

La Méthode Surrender donne une vision humaniste de la complémentarité faisant un pont entre la vision actuelle de ses pères Seymour Brussel et le Docteur Rodolphe Meyer ainsi que l’apport ostéopathique plus originel de William Garner Sutherland et Andrew Taylor Still.

Au-delà de la médecine actuelle et de celle que nous pressentons pour notre avenir, il existe aujourd’hui des expériences et des pratiques visant la complémentarité qui proposent une démarche plus globale, mettant l’intérêt de l’humain au centre des préoccupations telle que le propose la vision de la Méthode Surrender.

Cette approche réalise à la fois une synthèse et rassemble l’essence de nombreuses autres pratiques, souvent très anciennes, utilisées de par le monde telles que l’ostéopathie crânienne, le shiatsu, l’haptonomie… C’est le Dr W.G. Sutherland qui découvrit et démontra la mobilité du crâne et sa fonction. Il l’a nommé : «Mouvement Respiratoire Primaire », ou M.R.P.

Plus précisément, animé par le Souffle de Vie, forme d’énergie subtile présente dans toutes les cellules du corps, ce mouvement doit être équilibré pour exprimer la santé. Le crâne humain doit respirer dans un rythme régulier avec le plus d’amplitude possible. Les os du crâne ne sont pas soudés entre eux mais mobiles, les rendant tous solidaires et homogènes. La bonne circulation du sang dépend de ce mouvement.

Ce Mouvement Respiratoire Primaire se manifeste au niveau du sacrum. Ce centre à la fois mécanique, physiologique, psychologique et émotionnel est souvent l’objet de lésion. L’accompagnement par la Méthode Surrender met en fonction une suite naturelle de mécanismes qui accompagnent le processus de rééquilibrage énergétique. Ainsi l’organisme apprend à libérer lui-même ses tensions et faire circuler son énergie. Ce concept global en marge de notre matérialité s’oppose à notre difficulté à décrire l’invisible et la complexité de ses effets.

Il semble que notre actualité nous pousse à vouloir ou pouvoir, ce qui divise nos forces et manifeste cette division contraire à l’esprit de la vie et sa coopération dans notre corps. 

Au quotidien, fort de cette complémentarité et de cette coopération déjà existante dans notre corps, la Méthode Surrender propose un dialogue et une réflexion commune sur des similarités de pratiques et de cultures afin d’améliorer la qualité de vie des patients et encourager leur autonomie dans une démarche d’éducation à la santé.

Rétablir l’intégrité de la personne par sa capacité retrouvée d’adaptation, de corrections et d’autorégulation par des actions attentives, progressives et respectueuses de l’équilibre de l’individu est l’objetif de la méthode Surrender. La santé devient alors la relation convenable entre la personne et son univers : la rupture de cette harmonie génère souffrance, fragilise le terrain de la personne et crée la maladie.

Cet équilibre indispensable,  cette expression juste de la santé se manifeste par la circulation correcte de l’énergie vitale, par la mobilisation douce de l’équilibre musculo squelettique en rétablissant l’harmonie entre la sphère crânienne et le sacrum par l’équilibre du MRP. Elle facilite ainsi la circulation du liquide cephalo rachidien et l’ensemble des fluides organiques et corporels, le but étant de restaurer le processus de la vie.

Au-delà de toute philosophie, tout ce qui arrive à l’individu est juste et nécessaire à son évolution ou à son changement. Il peut trouver son équilibre à l’endroit où la vie a décidé de le situer, il y a donc un équilibre entre la terre, l’univers et notre identité terrestre. Le souffle de vie alimenterait cet ensemble et coulerait à l’identique en nous. Cette énergie, l’élément vital, si bien décrite par WG Sutherland, circule en nous, et la philosophie chinoise en propose une structuration et une physiologie à travers la théorie des 5 éléments liée au Qi souffle de vie : deux approches différentes, avec un référentiel et une cohérence similaires.

L’humain est donc la quintessence exprimée par les éléments, un équilibre précaire que seule l’intelligence de la cellule peut définir sans contrainte, sans influence, dans une notion de « lâcher prise » si bien définie par la Méthode Surrender. Ainsi, la correction propose le mouvement énergétique, elle assure l’équilibre,  nourrit l’énergie nécessaire à la réparation et accompagne l’énergie qui irrigue les tissus en faveur de notre bien-être. Il nous appartient d’adopter une hygiène de vie quotidienne qui permet  d’apprendre à lâcher prise.

Au-delà de notre conception dichotomique de la réalité, le sens global de notre chemin de vie implique une logique qui nous dépasse. Le surfeur se laisse porter par la vague et c’est ainsi qu’il trouve son équilibre.

Maurice Cohen Methode Surrender Ressources Plurielles

Maurice Cohen (Bio energéticien, Praticien Méthode Surrender)