mincir sophrologie ressources plurielles samia abdelmoumen

Mincir par la sophrologie

La sophrologie : Une nouvelle relation à soi

Nos habitudes alimentaires, notre façon de nous nourrir sont les témoins de notre mode de vie et les révélateurs de la relation que nous entretenons avec nous-mêmes et notre environnement.

La nourriture sert de refuge à nos états émotionnels, nous mangeons par ennui, pour calmer notre insatisfaction ou notre anxiété. Nous faisons également référence à la nourriture pour décrire nos émotions, nous ne digérons pas les propos de telle personne, cela nous reste sur l’estomac, nous donnent des nausées… 

S’alimenter est un acte vital accompagné de plaisir où tous les sens participent : les yeux vont reconnaître les aliments, leur arôme informera le sens olfactif, leur saveur activera les glandes salivaires, toutes ces activations sensorielles préparant à l’ingestion, donc digestion de l’aliment. C’est aussi offrir à l’organisme l’énergie nécessaire à son fonctionnement, commandé par le système nerveux, véritable tour de contrôle. Ainsi, l’hypothalamus régit nos besoins physiologiques, véritable pondérostat, il règle les entrées (aliments) et les sorties (activités d’élimination et métabolisme de base).

La sensation de faim est un processus physiologique qui correspond à une diminution des taux de sucre et d’insuline et à une augmentation des taux d’acides gras dans le sang. L’organisme commence à puiser dans ses réserves : des neurones spécialisés captent ces modifications sanguines et les transmettent au cerveau, celui-ci déclenche alors les processus de recherche et de prise de nourriture. Inversement, la sensation de rassasiement va également correspondre à une réaction physiologique en chaîne qui se traduit par : perte de saveur, voire dégoût, déglutition forcée…

Faire autrement   

La pratique de régimes restrictifs dérègle ce thermostat et incite le corps à mettre en place une stratégie de défense, notamment en faisant des réserves. Un régime amaigrissant basé sur l’ingestion d’aliments autorisés et d’aliments interdits va effectivement entraîner une perte de poids dans un premier temps. Toutefois, dès le retour à une alimentation habituelle, peu à peu les kilos perdus ou supplémentaires vont se réinstaller et faire naître des sentiments d’échec et de culpabilité.

Mincir n’est pas seulement une question de diététique, c’est un processus complexe qui engage une personne aussi bien dans sa dimension corporelle que psychologique. Notre corps est ce que nous sommes, façonné par nos émotions et nos croyances, il forme un tout indissociable avec notre esprit, en agissant sur l’un, on agit sur l’autre. En s’appuyant sur cette synergie, il devient possible d’entamer un processus visant l’instauration d’un équilibre pondéral, en mobilisant les ressources du métabolisme et de l’esprit.

Lorsqu’une méthode n’apporte pas les résultats escomptés, cela signifie qu’elle n’est pas adaptée. Mincir n’est pas seulement une question de diététique, c’est un processus qui engage une personne dans sa dimension physique et psychologique. Comme tout désir de changement, il s’accompagne d’une prise de conscience et d’une analyse de la situation. Vouloir changer sans faire un état des lieux revient à vouloir jeter le bébé avec l’eau du bain.

Au-delà de la surcharge pondérale ou de troubles compulsifs liés à la nourriture, il y a une véritable détresse liée à l’estime de soi et à la confiance en soi. Ce corps à qui est imposé des restrictions et privations, comment vit-il ? De quelle façon s’exprime-t-il ?

Le régime par la privation ou l’art de la punition

La privation est nuisible, lorsque l’œil voit, tous les sens s’activent devant ce qu’offre cette table, des processus physiologiques s’enclenchent répondant aux besoins de l’organisme,  la privation va imposer à ce processus de cesser brutalement. L’organisme connaît ses besoins, cependant si de telles situations de stress se renouvellent, il va constituer des réserves qui vont se transformer ces rondeurs qu’on voudra faire fondre, en vain, avec toutes sortes de régimes.

Ce phénomène est étroitement lié à la relation que nous entretenons avec la nourriture, de par notre héritage génétique et culturel. En effet, nous avons hérité de nos ancêtres la capacité de faire des réserves en prévision d’une famine, certes nous vivons dans une surabondance, cependant, cette réaction est programmée dans notre cerveau et s’enclenche à chaque fois de la même façon. Nous portons également en nous les croyances transmises par notre milieu familial : le bébé qu’on a laissé pleurer parce que ce n’était pas l’heure du biberon, l’enfant qui a été puni par la suppression de son dessert ou a été consolé par une sucrerie,  la culpabilisation de finir son assiette liée au gaspillage, à la bienséance… 

La rééducation sensorielle favorise la réconciliation avec le corps, une acceptation de ce qu’il est et ce qu’il représente. Et c’est là que la transmutation va pouvoir s’effectuer. Accepter son corps, c’est aussi accepter ce qu’on est et ce qu’on exprime à travers lui. Se réconcilier avec son corps, cesser de lui faire la guerre, cesser le combat avec soi-même pour aller à la rencontre de ce potentiel qui sommeille en soi afin de le mettre à son service.

La sophrologie pour renouer le dialogue avec son corps

A travers la sophrologie, c’est un véritable voyage que nous entreprenons à la rencontre de nous-mêmes et de notre corporalité. Restaurer une relation harmonieuse entre le corps et l’esprit afin que l’observation, l’analyse de nos habitudes alimentaires et les comportements émotionnels qui leur sont liés soient aisées. En effet, dans les comportements compulsifs liés à la nourriture, il est important de retrouver des sensations primordiales telles que celles de la faim et du rassasiement, du vide et du plein, qui sont des phénomènes purement physiologiques qui nous guident dans la satisfaction de nos besoins vitaux.

Cette concentration sur les sensations va permettre de  faire confiance à son vécu immédiat, d’habiter harmonieusement son corps et de renouer avec sa réalité intérieure. Savourer le plaisir de sentir, retrouver le plaisir de se nourrir en dehors de toute frustration ou culpabilité, abandonner les croyances relatives à ce qui est permis et interdit en matière d’aliments.   

L’un des principes de la sophrologie étant l’activation du positif, en visualisant des souvenirs positifs dont le contenu émotionnel est réactivé, il est possible de faire un pont vers le futur, en projetant dans l’avenir un comportement émotionnel stable, réconcilié avec la nourriture. Pacifier notre être va nous aider à pacifier notre relation à la nourriture et mettre en place des comportements basés sur l’écoute et la satisfaction de nos besoins.

L’apprentissage de la sophrologie va permettre d’entamer un dialogue avec soi, de découvrir sa dimension sensorielle, de se vivre dans son corps. Cette concentration sur les sensations va faciliter l’observation des habitudes alimentaires et des émotions qui leur sont liées. La personne va prendre conscience qu’elle peut faire confiance à ses sensations, habiter harmonieusement son corps, savourer le plaisir de sentir et de se nourrir. 

La sophrologie pour restaurer l’estime de soi

Vivre son corps en toute autonomie, découvrir qu’il est le siège de sensations agréables, va conduire naturellement à accepter ses rondeurs pour décider de les voir fondre ou de les garder. Ce ne sera plus le regard de l’autre qui définira sa beauté et ses caractéristiques, mais son propre regard. Après avoir été cet ennemi qu’il fallait dompter, faire plier, le corps devient cet allié qui abrite notre être profond qui rayonne à travers lui.

Cette transmutation favorise la restauration de l’estime et de la confiance en soi, qui rend acteur de sa vie et permet de la conduire selon ses propres choix et ses valeurs, conscient de sa valeur inaliénable en tant qu’être humain. Cette rééducation des sens va conduire naturellement à manger en conscience, harmoniser sa relation avec ses émotions et savourer le plaisir de nourrir sa vitalité.

Samia Abdelmoumen (Sophrologue, coach de vie) http://www.sophrologie-coaching-marseille.fr/